Il Blog di Geronimo

Un rêve mystère...

02 August 2011

Mes chères lichettes d’emmental,

 

Me revoilà pour vous donner des nouvelles de mes vacances !

Par mille mimolettes ! Mes moustaches tremblent vraiment d’émotion de vous voir toujours plus nombreux à mes séances de ratographes ! Continuez à suivre mes déplacements en allant sur la page des Evènements Souris !

 

Après l’aventure sourissiesque que j’ai vécue l’autre jour à la plage, certains rato-fans m’ont demandé combien de dauphins nous avions sauvés. Et bien mes chers amis, ils étaient quinze ! Quinze dauphins qui de temps à autre réapparaissent au large pour régaler de belles pirouettes à leur public de baigneurs ! Scouit Scouit ! J’en ai encore la larme à l’œil !

 

Cette semaine il m’est arrivé une aventure tout aussi incroyable ! Et moi qui pensais passer des vacances tranquilles, vous savez bien comme je suis un grand paresseux, et bien en réalité, elles sont loin d’être de tout repos !

Avant hier, après une séance de ratographes, j’enfilai vite mon maillot pour aller à la plage et profiter de la mer et du soleil. Une fois arrivé je me mis à chercher un endroit pour m’installer et trouvai un recoin entre deux dunes, bien à l’abri des vagues et du vent. L’emplacement était idéal pour piquer une petite sieste ! Ni une ni deux, je gonflai aussitôt mon bateau gonflable et creusai un trou pour y enterrer le parasol. J’étendis ensuite une serviette dans le bateau et m’allongeai dessus avec un livre à la main. Comme j’étais très fatigué je m’endormis en un temps record et fis un rêve très très étrange. Scouit ! J’en ai encore les moustaches toutes frissonnantes!

 

Je rêvais que je me trouvais à la plage, bien confortablement allongé et lisant un livre, et décidais d’aller dans l’eau pour une promenade en bateau. La mer était calme et je me laissais porter par les vagues. Le soleil brûlait fort et je me rappelais que je n’avais même pas mis de crème solaire ! Heureusement, j’avais emporté avec moi un grand t-shirt rouge et l’enfilai sur le champ pour me protéger! J’admirais au loin l’horizon en pensant aux nombreux pays qui se trouvaient derrière : les Etats-Unis, l’Amérique Latine, le Canada ; ces pays me faisaient rêver et voyager dans la pensée. Tout à coup je m’aperçus que je m’étais trop éloigné de la côte et repris aussitôt les rames pour rejoindre le rivage. Mais le vent s’était levé et le courant m’emportait toujours plus vers le large. Ma petite queue commençait à frémir de peur. Scouit ! Les vagues qui m’avaient jusqu’alors bercé me donnaient maintenant le mal de mer. Comment allais-je pouvoir me sortir de cette situation ? Je me mis à crier au secours, retirai même mon t-shirt rouge et l’agitai en direction du rivage. Mais la plage était vraiment trop loin pour que l’on puisse entendre et voir mes appels de détresse ! Les éléments se déchaînèrent tout à coup ; de gros nuages noirs et gris annonçaient une terrible tempête, ce qui me donnait encore plus la frousse !! La situation s’envenimait toujours plus et la panique m’emportait. J’étais désespéré et ne savais plus quoi faire ! C’est alors que je vis arriver à travers les gigantesques vagues de mystérieuses nageoires ! « Oh non ! Criai-je, il ne manquait plus que les requins !! ». La peur m’assomma littéralement et je perdis connaissance. Dans mon évanouissement, je me sentais toujours ballotté par les vagues, le museau frappé par la pluie qui tombait, mais étrangement transporté par je ne sais quel mystérieux courant. Il me semblait que ce moment dura des heures et des heures et des heures…

 

 

 

 

Je me réveillai en sursaut sur la plage et regardai par trois fois autour de moi pour m’assurer que j’étais bel et bien sur la terre ferme. Les cris des enfants qui jouaient me rassuraient. J’en conclus vite qu’il s’agissait certainement d’un mauvais rêve. Mais, à ma grande stupeur, je m’aperçus que j’étais complètement mouillé et le bateau rempli d’eau de mer. Bizarre, bizarre me dis-je à moi-même. Comment était-elle arrivée dans mon bateau gonflable ?

Sans me poser plus de questions, je décidais de rentrer à l’hôtel et rassemblais toutes mes affaires. Scouit scouit ! Je sentais une grande brûlure sur tout le corps, j’avais pris un sacré coup de soleil !

Alors que je quittais la plage, je me retournai une dernière fois vers la mer et aperçus un dauphin à une vingtaine de mètres du rivage. Le sourire aux moustaches je repensais au sauvetage des jours précédents. Mais soudainement, je vis flotter près de lui un étrange objet de couleur rouge. Par mille mimolettes !! Il s’agissait de mon t-shirt !!! Comment était-il arrivé là ?

 

Je ne sais que croire de cette aventure : ai-je rêvé ou réellement vécu cette épopée à travers cette mer déchaînée? Mais que s’est-il passé exactement ? Tant d’indices et pourtant, un mystère qui reste entier !

 

Mais vous, chers amis rongeurs, saurez-vous élucider ce mystère ?

 

En tout cas, rêve ou pas, maintenant ça me donne bien la frousse de m’éloigner du rivage !

 

 

PS : Chers amis n’oubliez pas ! Pendant vos vacances à la plage, protégez-vous avec de la crème solaire, ou vous finirez comme moi avec le museau aussi rouge qu’une écrevisse! 

 

Bons baisers de fromage et à bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Votre fidèle Geronimo

 

Geronimo Stilton World
Geronimo Stilton World